12 avril 2018

Mais si « Schiller riait », Goethe, au contraire

« Que dis-tu du Sophocle de Hölderlin ? Est-ce que l’auteur délire ou ne fait-il que semblant, et son Sophocle est-il une satire voilée des mauvaises traductions ? L’autre soir, comme je me trouvais avec Schiller chez Goethe, je les ai régalés de ce morceau. Lis donc le quatrième chœur d’Antigone. Il fallait voir comme Schiller riait… » Ainsi écrivait, dès juillet 1804, un cadet de Hölderlin à l’un de ses amis. Mais si « Schiller riait », Goethe, au contraire, a pu rester silencieux. Peut-être pensait-il... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 21:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

30 mars 2018

"Un signe sommes nous"

  Un signe sommes nous, vide de sens, Nous, de douleur vides, qui avons presque La langue perdue à l'étranger. Oui, quand bataille au-dessus des hommes Au Ciel se livre, et que violente est la marche Des étoiles, aveugle est alors la foi, mais que se penche Le Parfait sur la Terre, et s'individualise Le vivant, et un pays se trouve L'Esprit.                    et retentit l'écriture et Chênes de s'éventer au bord des névés.... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 12:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 mars 2018

Les plus belles âmes

Les plus belles âmes sont celles qui ont le plus de variété et de souplesse. Michel Eyquem de Montaigne  
Posté par Anaximandre à 00:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 mars 2018

Mais le temps

Mais le temps (aiôn) au fil des jours rend autre tantôt cette chose Tantôt cette autre. Invulnérables seuls, les enfants des dieux.   Pindare, Isthmiques, III, 18b.
Posté par Anaximandre à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 janvier 2018

neige

Seul, Là, La neige tombe tout en flottant.   Kobayashi ISSA  
Posté par Anaximandre à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juillet 2017

Une méthode de Ludwig Wittgenstein

     « Considère, par exemple, les processus que nous nommons « jeux ». Je veux dire les jeux de pions, les jeux de cartes, les jeux de balle, les jeux de combat, etc. Qu’ont-ils tous de commun ? – Ne dis pas : « Il doit y avoir quelque chose de commun à tous, sans quoi ils ne s’appelleraient pas des jeux » –mais regarde s’il y a quelque chose de commun à tous. –  Car si tu le fais, tu ne verras rien de commun à tous, mais tu verras de ressemblances, des parentés, et tu en... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mai 2017

Réduire (Maximes de Grice)

Imaginons la taille de nos bibliothèques, la longueur des journaux, des blogs, des conversations, des conférences, des cours, des dis-cours..., de tout ce que se dit et s'écrit si, et seulement si, universellement (c'est-à-dire par tous et partout), nous appliquions les Maximes Conservastionnelles d'Herbert Paul Grice... Maximes conversationnelles d'Herbert Paul Grice : Quantité : (a) Fais en sorte que ta contribution soit aussi informative que nécessaire (pour l’échange linguistique en cours). (b) Fais en sorte que ta contribution... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 11:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
27 novembre 2016

Avant la ruine du temps (chants des poètes)

Avant la ruine du temps   - J’étais, sous lierre sombre, assis aux portes De la forêt, à l’heure où vint le midi d’or En visite à la source … Énigme est le pur jaillissement.     Aἰὼν παῖς ἐστι παίζων, πεσσεύων· παιδὸς ἡ βασιληίη. Le temps (aiôn, αἰὼν) est un enfant qui joue en déplaçant les pions : la royauté d’un enfant. Tout s’écoule. Nous entrons et nous n’entrons pas dans les mêmes fleuves ; nous sommes et ne sommes pas.   -      Ô temps ! Suspends ton vol, et... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 13:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
12 novembre 2016

le cœur ouvert pour jouir...

"Nous autres, hommes, nous nous plaignons souvent, commençai-je, qu'il y ait si peu de beaux jours et tant de mauvais, et cela, me semble-t-il, le plus souvent à tort. Si nous avions sans cesse le cœur ouvert pour jouir du bien que Dieu chaque jour nous réserve, nous aurions assez de force aussi pour supporter le mal quand il vient. - Notre âme n'est pas en notre pouvoir, répliqua la femme du pasteur. Que de choses dépendent du corps !"   Johann Wolfgang Gœthe, les souffrances du jeune Werther, livre premier, lettre... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 septembre 2016

"En philosophie, il n'y a pas une méthode, mais des méthodes, comme autant de thérapies différentes".   Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques, § 133.
Posté par Anaximandre à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :