12 avril 2018

Mais si « Schiller riait », Goethe, au contraire

« Que dis-tu du Sophocle de Hölderlin ? Est-ce que l’auteur délire ou ne fait-il que semblant, et son Sophocle est-il une satire voilée des mauvaises traductions ? L’autre soir, comme je me trouvais avec Schiller chez Goethe, je les ai régalés de ce morceau. Lis donc le quatrième chœur d’Antigone. Il fallait voir comme Schiller riait… » Ainsi écrivait, dès juillet 1804, un cadet de Hölderlin à l’un de ses amis. Mais si « Schiller riait », Goethe, au contraire, a pu rester silencieux. Peut-être pensait-il... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 21:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

30 mars 2018

"Un signe sommes nous"

  Un signe sommes nous, vide de sens, Nous, de douleur vides, qui avons presque La langue perdue à l'étranger. Oui, quand bataille au-dessus des hommes Au Ciel se livre, et que violente est la marche Des étoiles, aveugle est alors la foi, mais que se penche Le Parfait sur la Terre, et s'individualise Le vivant, et un pays se trouve L'Esprit.                    et retentit l'écriture et Chênes de s'éventer au bord des névés.... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 12:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,