19 avril 2018

Impromptu sur l'impermanence

Les plus belles âmes sont celles qui ont le plus de variété et de souplesse. (...) La vie est un mouvement inégal, irrégulier et multiforme. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, III, 3, des trois commerces.          Et les plus belles manières de pensées aussi sont celles qui ont le plus de variété et de souplesse. D'où ma préférence pour celles qui se déploient sans chercher de cause unique expliquant tout. Je ne peux perdre une minute à lire des pensées, philosophiques ou autres, qui réduisent... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 12:22 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 avril 2018

Impératifs catégoriques et autres

Impératifs catégoriques « Agis seulement d'après la maxime grâce à laquelle tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle. » « Agis de façon telle que tu traites l'humanité, aussi bien dans ta personne que dans toute autre, toujours en même temps comme fin, et jamais simplement comme moyen. » Immanuel Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs.   Impératifs interrogatifs Agirons-nous seulement d’après la joie joyeuse grâce à laquelle nous pourrons désirer en même temps qu’elle... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 23:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 avril 2018

Mais si « Schiller riait », Goethe, au contraire

« Que dis-tu du Sophocle de Hölderlin ? Est-ce que l’auteur délire ou ne fait-il que semblant, et son Sophocle est-il une satire voilée des mauvaises traductions ? L’autre soir, comme je me trouvais avec Schiller chez Goethe, je les ai régalés de ce morceau. Lis donc le quatrième chœur d’Antigone. Il fallait voir comme Schiller riait… » Ainsi écrivait, dès juillet 1804, un cadet de Hölderlin à l’un de ses amis. Mais si « Schiller riait », Goethe, au contraire, a pu rester silencieux. Peut-être pensait-il... [Lire la suite]
Posté par Anaximandre à 21:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 avril 2018

Au bord de la rive, Subsiste tel qu'en toi-même Miroitant comme de l'eau

Au bord de la rive Ne regardant ni l'amont ni l'aval Seulement l'écoulement qui miroite   Je m'écoule avec l'eau qui miroite... Tout s'écoule avec l'eau qui miroite   Sur l'eau qui miroite Ne pose aucune pensée Ni vapeur de désir : Subsiste tel qu'en toi-même Miroitant comme de l'eau.
Posté par Anaximandre à 21:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]